mardi 7 mars 2017

Kink Kong again !




Le vieux singe n’a rien appris

King Kong est coincé dans un remake cynique du classique de 1933

Thomas Sotinel | 07.03.2017

Quand on s’ennuie au cinéma – et rarement primate fut aussi ennuyeux que ce grand Kong –, on tente de discerner un peu d’ordre dans la débâcle. Il m’est ainsi venu l’idée que Kong : Skull Island (Kong ne se traduit pas, le reste veut dire « l’île du crâne ») marquait, avec le récent A Cure for Life, de Gore Verbinski, l’émergence d’une tendance nouvelle dans le cinéma à gros budget : le collage.




L’accès à la totalité de l’article est protégé Déjà abonné ?





Le vieux singe n’a rien appris

Il vous reste 46% de l'article à lire

























Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire