mardi 18 décembre 2018

Pif gadget, une fête peut cacher une autre…




Pif gadget, l'album des 50 ans


L’année des 70 ans de Pif s’achève tristement avec la longue attente d'une nouvelle formule du magazine de Pif. La situation de Pif n’est pas étrangère à celle de l’Humanité (https://www.donspep.caissedesdepots.fr/?journal=huma) et les chances de retrouver cette nouvelle et moderne formule sont minces. L'année prochaine nous fêterons les 50 ans de Pif Gadget. Nul n'est prophète dans son pays, même d'adoption et je peux m'avancer, sans grand risque, en affirmant que 2019 ne changera pas beaucoup.
Petit lot de consolation, cet album des 50 ans de Pif Gadget, un peu maigre pour les fans du magazine, habitués aux riches livres de Richard Medioni et Hervé Cultru, ou à celui sur José Cabrero Arnal de Philippe Guillen. Ce livre est destiné aux nostalgiques non-collectionneurs, si vous en êtes, il vous est destiné !




Plus intéressante, cette petite causerie entre l'auteur et quelques spécialistes :







Placid et Miró




MIRÓ

Grand Palais, Galeries nationales - 3 octobre 2018 - 4 février 2019

Réunissant près de 150 oeuvres dont certaines inédites en France et couvrant 70 ans de création, cette rétrospective retrace l’évolution technique et stylistique de l’artiste. Miró crée à partir de ses rêves et nous ouvre les portes de son univers poétique.
Il transforme ainsi le monde avec une apparente simplicité de moyens, qu’il s’agisse d’un signe, d’une trace de doigt ou de celle de l’eau sur le papier, d’un trait apparemment fragile sur la toile, d’un trait sur la terre qu’il marie avec le feu, d’un objet insignifiant assemblé à un autre objet.










mais ça, c'est une autre histoire




lundi 17 décembre 2018

Pif, jeune chiot, la BD à laquelle vous avez (peut-être) échappé !








Jabberwocky, la BD à laquelle vous avez (peut-être) échappé !




Jabberwocky (film, 1977)


Jabberwocky est un film britannique réalisé par Terry Gilliam, sorti en 1977. Il est inspiré du poème du même nom de Lewis Carroll. Premier long métrage de Terry Gilliam en solo, Jabberwocky a pourtant été présenté à sa sortie sous le nom de Monty Python's Jabberwocky. Ce n'est qu'au terme de démêlés judiciaires que les producteurs se virent interdire l'utilisation du nom des Monty Python.






Jabberwocky


Le Jabberwocky est un poème de Lewis Caroll (https://fr.vikidia.org/wiki/Lewis_Carroll), qui apparaît dans De l'autre côté du miroir (https://fr.vikidia.org/wiki/De_l%27autre_c%C3%B4t%C3%A9_du_miroir,_et_ce_qu%27Alice_y_trouva).
Dans ce conte, Alice trouve un poème, imprimé à l'envers, qu'il faut lire dans un miroir. Le poème est écrit avec des mots-valises, si bien que beaucoup de mots n'existent pas, mais ont des sons familiers : le lecteur peut alors imaginer ce que sont les mots, ce qui donne une dimension fantastique au poème. Le poème raconte l'histoire d'un monstre terrifiant et mystérieux, le Jabberwock.



Il était reveneure ; les slictueux toves
Gyraient sur l'alloinde et vriblait :
Tout flivoreux allaient les borogoves ;
Les verchons fourgus bourniflaient

« Prends garde au Jabberwock, mon fils!
A sa gueule qui mord, à ses griffes qui happent!
Gare à l'oiseau Jujube*, et laisse
En paix le frumieux Bandersnatch! »

...

(traduction française de Henri Parisot, en 1946)






* Jujube :

https://l-eusses-tu-cru.blogspot.com/2014/07/il-parait-que-gotlib-80-ans-je-nen.html


lundi 10 décembre 2018

Placid et Muzo cherchent du travail au Toonder Studio's…




Tom Pouce (bande dessinée)


Tom Pouce (néerlandais : Tom Poes) est une série de bande dessinée créée par le Néerlandais Marten Toonder avec l'aide de son frère Jan-Gerhard Toonder au scénario et publiée dans la presse néerlandaise de 1941 à 1986. Extrêmement populaire aux Pays-Bas où elle est considérée comme un des grands classiques de la bande dessinée tout public, cette série qualifiée par Patrick Gaumer d'un « des incontournables chefs-d'œuvre du 9e artStripschapprijs » a été traduite dans de nombreuses langues, dont le français. Elle a fait l'objet d'une reprise en 2016.



Toonder Studio's


Toonder Studio's is een animatie- en stripstudio opgericht door Marten Toonder. Het bedrijf richtte zich in eerste instantie op het uitbrengen van stripverhalen, maar begaf zich later ook op het gebied van reclame en tekenfilms.










vendredi 7 décembre 2018

Que penserait Steve, nous ne le saurons pas, quant à moi, encore moins !




Que penserait Steve Jobs d’Apple aujourd'hui ?

Adrian Kingsley-Hughes | lundi 03 décembre 2018

Business : Steve Jobs n'a jamais laissé personne dans le doute quant à ce qu'il pensait, et grâce à des centaines d'heures de conférences, de discours et d'interviews, nous pouvons avoir un aperçu de ce qu'il penserait aujourd'hui de la société qu'il a fondée.
Aucune citation n'a plus excité les fans d'Apple que celle-ci. Ces trois mots simples ont lancé un certain nombre de produits Apple qui ont changé le monde. Ce qui s'en rapproche le plus pendant le règne de Tim Cook en tant que PDG, c'est l'Apple Watch, et même s'il s'agit d'un produit intéressant, il ne change pas le monde comme l'iPod, le Mac ou l'iPhone l'a fait.




Joyeux Noël : Microsoft se moque de l’iPad


Microsoft et Apple ne fêteront pas Noël ensemble, à en juger par la dernière publicité de la firme de Redmond vantant les qualités de la Surface Go et publiée le 3 décembre 2O18. Où l’on découvre que l’iPad ne serait pas un ordinateur, contrairement à ce que martèle Apple depuis des mois.




La vidéo met en scène une enfant âgée de 10 ans qui aurait aujourd’hui besoin d’un vrai ordinateur, pas d’une simple tablette. « Mamie, ne te ruine pas pour m’acheter un iPad. C’était bien quand j’avais six ans, mais j’en ai désormais dix. Mes rêves sont plus grands, j’ai donc besoin d’un vrai ordinateur », se plaît à rêver l’héroïne, en chanson.













Uderzo à Clichy, deuxième !









































Bonjour Paris, quarante ans déjà !


arapu-illustre from Mircea Arapu on Vimeo.
bonus du film « Pif, l'envers du gadget » de Guillaume Podrovnik - ARTE


Quand je serai grand, je ferai Pif !



Ce que je me souviens, ce sont les histoires joyeuses et colorées de Pif et de sa famille, de Placid et Muzo, de la Pension Radicelle et aussi les fantastiques aventures du petit fantôme, Arthur. Je dévorais tout ça du regard, en effet, je n’avais pas encore appris à lire, mais m’immerger si tôt dans cet illustré au format aussi grand que moi, m’ouvrira un amour pour l’image sous toutes ses formes.
La passion pour ces amis imaginaires et leurs aventures était devenue si forte que j’envisageais déjà de les rejoindre. Je devais avoir quatre ans quand j’ai organisé une première tentative. J’ai prémédité mon coup. Dans la maison, j’ai repéré une petite valise de la taille d’un attaché-case. Après y avoir rangé l’essentiel, un oreiller et comme le célèbre Linus (des Peanuts), une couverture, je me suis paré de mes plus beaux attributs, mon beau costume pour « les-dimanches-et-jours-de-fête », un très beau costume marron en velours rayé, un deux-pièces : veste et pantalons courts. J’étais tout fier dedans, ça me changeait des vêtements de « bébé » habituels que je portais. Il était pour moi entendu que les amis que je voulais rencontrer se trouvaient quelque part à Paris. Et Paris, dans mon esprit, était un endroit suffisamment éloigné, où l’on se rendait forcément en train. Pour prendre le train, c’était connu, je devais aller à la grande gare, la Gare du Nord de Bucarest. Et pour parvenir à cette fameuse gare, il y avait un moyen fiable, c’était la ligne de bus numéro 33 (comme chez le médecin). Ce bus se trouvait, je le savais, au coin de ma rue, limite de mon univers connu et exploré. Cela ne m’a nullement empêché de partir d’un pas joyeux, en sifflotant peut-être, jusqu’à l’arrêt du bus. Heureusement pour moi et aussi, je l’espère, pour le plaisir que vous pouvez éprouver aujourd’hui à me lire, une autre tante, car j’en comptais beaucoup plus quand j’étais gamin, m’aperçût traînant mon bagage et me ramena gentiment à mon domicile. Cette drôle d’histoire, somme toute avec une belle fin, ma toute première aventure dans le monde de la bande dessinée, une bonne dizaine d’années plus tard, me faisait obtenir une excellente note en français, pour une composition libre sur le thème, un peu bateau je vous l’accorde, du plus beau jour de ma vie. Mais ce qui est encore plus épatant, c’est que vingt ans plus tard, je me rendais à la rédaction de Pif Gadget, pour trouver du travail.

extrait de Quand je serai grand, je ferai Pif ! 2013
http://arapub.blogspot.com/2013/01/quand-je-serai-grand-je-ferai-pif.html



https://l-eusses-tu-cru.blogspot.com/2014/08/il-etait-une-fois-lorient-express.html


En décembre 1978, j'allais enfin rejoindre Placid, Muzo, Pif, Hercule, Arthur, Totoche et tous mes autres amis, avec l’Orient Express, une ligne qui allait disparaître, reliant directement Bucarest à Paris. Aujourd'hui, le 7 décembre, il y a pile quarante ans, au petit matin, j'arrivais Gare de l'Est. En sortant de la gare, un kiosque à journaux m'attendait avec Métal Hurlant bien en vue, ans nouveaux, jeux nouveaux…

Avant mon départ j’avais acheté un train électrique, une maquette que j'allais emporter avec moi, son nom, La délivrance.







mercredi 5 décembre 2018

Le Jeune (toujours) Albert (Uderzo), change d’avis !




Albert Uderzo : « Je ne veux pas laisser Astérix entre d'autres mains »

Adeline Fleury | 30 novembre 2018, 8h51


Ses yeux sont rieurs même si l’on sent poindre une touche de nostalgie. C’est qu’il se remémore l’époque où il travaillait, durant l’été caniculaire de 1959, dans le salon de son HLM de Bobigny (Seine-Saint-Denis), avec son compère René Goscinny, pour donner naissance à Astérix, Obélix et un village entier d’irréductibles Gaulois. Ses mains massives, abîmées par le temps, percluses d’arthrose à force d’avoir croqué pendant des années ses enfants de papier, rappellent celles d’un vieux boulanger. Presque soixante ans qu’Astérix vit. Et son cocréateur ne s’explique toujours pas ce succès phénoménal.

Nous avons rencontré Albert Uderzo, 91 ans, chez lui, à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), le 20 novembre.
Serge Picard pour Le Parisien Week-End





Ferri & Conrad / © Éditions Albert René



Toutânkhamon revient !



Toutânkhamon - Le Trésor du Pharaon

du 23 mars au 15 septembre 2019 - Grande Halle



Le 4 novembre 1922, l’archéologue britannique Howard Carter fait une découverte extraordinaire dans la Vallée des Rois : le tombeau de Toutânkhamon, pharaon de la XVIIIe dynastie égyptienne, au 14e siècle avant JC. L’exposition Toutânkhamon, le Trésor du Pharaon célèbre le centenaire de la découverte du tombeau royal en réunissant des chefs-d’œuvre d’exception.








Toutankhamon, le trésor du Pharaon à Paris à la Grande Halle de la Villette

Julie M. | 2 décembre 2018

Organisée par le Ministère des Antiquités Egyptiennes et bien évidemment avec le concours du Musée du Louvre, cette exposition, qui se veut immersive, réunit plus de 150 objets originaux tirés directement du tombeau de Toutânkhamon.
Cette expo est une véritable invitation au voyage et à la découverte. Rien que l’évocation du patronyme de ce Pharaon nous plonge dans un désert de sable et nous fait miroiter des pyramides, des sarcophages, des momies et des trésors cachés.
En effet, si le règne de ce pharaon fut court et peu glorieux, le mystère qui entoure son nom vient de la découverte de son tombeau et du fabuleux trésor qu’il recèle, par l’archéologue britannique Howard Carter le 4 novembre 1922. Nous sommes donc en droit d’espérer retrouver une partie de ce trésor à la Grande Halle de la Villette.






mardi 4 décembre 2018

Avec Philippe Guillen, festivités des 70 ans de Pif le chien



Conférence de Philippe Guillen sur José Cabrero Arnal

18 décembre 2018 - 19h 00

José Cabrero Arnal, le créateur de Pif, itinéraire d'un homme d’action, un combattant, artiste amoureux de la vie. De la République Espagnole à la déportation, jusqu'aux pages de Vaillant…

Bourse du Travail
Place Saint Sernin 31000 Toulouse



https://l-eusses-tu-cru.blogspot.com/2012/11/arnal-cet-inconnu-1.html


https://www.librairie-aucoeuralouvrage.fr






Les Rapetout, il reste plus rien !




« Ils ont plongé le monde dans la crise » : Wall Street, ses bandits, ses profits

Par Alain Constant | mardi 4 Décembre

france 5 – mardi 4 Décembre – 20 h 55. documentaire
Dix ans après, Benoît Bringer revient sur la crise financière de 2008 et ses conséquences planétaires.

Une belle bande de crapules. Mais des crapules qui portent des costumes sur mesure et détiennent des dizaines de millions de dollars sur leurs comptes bancaires. Des hommes de pouvoir, sans scrupule, mus par l’appât du gain. A côté de ces patrons de grandes banques américaines et de certains de leurs tradeurs, le célèbre Gordon Gekko, interprété par Michael Douglas dans Wall Street, d’Oliver Stone, fait figure de tout petit joueur.

« Des banquiers, des financiers et des responsables politiques sont à l’origine de cette crise financière à forte dimension criminelle. En encourageant à outrance l’accession à la propriété, les politiques américains ont appuyé sur la gâchette », résume un témoin, rappelant que certaines banques accordaient des prêts immobiliers à des clients qui ne donnaient aucune indication sur leurs revenus ! Les fameux « prêts Ninja » (pour no income, no job, no assets, « ni revenus, ni travail, ni actifs »). Au final, des profits colossaux côté criminels en col blanc et la misère pour des millions de pauvres, jetés dans la rue après le cataclysme des prêts toxiques, les fameux subprimes.

Plus sur





dimanche 2 décembre 2018

Blueberry, l’intégrale tome 8, Noël n'est pas loin !



Résumé Blueberry - intégrales tome 8


Jean-Michel Charlier disparaît en 1989, laissant son dessinateur finir Arizona Love. En 1995, Jean Giraud relance seul la série avec le cycle de Mister Blueberry, dont les trois premiers tomes, Mister Blueberry, Ombres sur Tombstone et Geronimo, sont réunis dans cette intégrale. Un cycle où un Blueberry vieillissant, devenu une légende de l'Ouest, hante les tables de poker et croise sur son chemin tueurs à gages et célébrités, tels Wild Bill Hickock ou Geronimo. Spectaculaire, dense, et beau !















jeudi 29 novembre 2018

Uderzo in extenso à Clichy




Dans quelques jours, ouverture de l'exposition « Uderzo in Extenso » au Pavillon Vendôme !


Ouvert du lundi au samedi de 9h à 18h, du samedi 1er décembre au samedi 16 février 2019. Entrée libre.