samedi 8 juin 2013

L’eusses-tu cru, cinquante mille pages !

L'Eusses-tu cru, est à la fête! En effet, il a passé le cap des cinquante mille pages lues, par vous, chers lecteurs. Merci ! Et pour fêter cet événement comme il se doit, nous sommes partis à la chasse sur Wikipédia, pour savoir ce que L'eusses-tu cru veut dire et qui est le Lustucru!




L’eusses-tu cru que ton père fut là peint ? Il était trop homme de terre pour aimer l’état marin.
(Lustucru mon ami que ce père lapin fut trop pomme de terre pour aimer les tamarins)


Virelangue


Un virelangue (ou casse-langue ou fourchelangue) est une locution (ou une phrase ou un petit groupe de phrases) à caractère ludique, caractérisée par sa difficulté de prononciation ou de compréhension orale, voire des deux à la fois. On parle aussi de trompe-oreilles lorsqu’une phrase est difficile à comprendre et donne l’impression d’être en langue étrangère.

Les virelangues peuvent servir d’exercices de prononciation dans l’apprentissage du français langue étrangère, sachant par exemple qu’une phrase contenant beaucoup de j ou mêlant des l et des r sera particulièrement difficile à articuler pour des personnes d’origine asiatique. Ils sont utilisés également comme exercices de diction par les personnes ayant à parler à voix haute en public (présentateurs, comédiens...) Certains virelangues sont construits pour amener une personne à dire une obscénité lorsqu’ils sont prononcés plusieurs fois de suite.

Le mot virelangue est un néologisme et un calque du mot anglais tongue-twister (« qui fait tordre la langue »). Mais il désigne un type de jeu de mots lui-même très ancien.





Chat vit rôt chaud,
Rôt tenta chat,
Chat mit patte à rôt,
Rôt brûla patte à chat,
Chat lâcha rôt.

Rôt, Hercule, pas rot, t’as rien compris !

En anglais :

Moses supposes his toeses are roses,
But Moses supposes erroneously,
Moses he knowses his toeses aren’t roses,
As Moses supposes his toeses to be!
(Singin’ in the Rain, 1952)

Moïse suppose que ses os sont des roses,
Mais Moïse suppose à tort,
Moïse, il le sait, que ses os ne sont pas des roses,
Comme Moïse suppose qu’ils sont !



A big black bug bit a big black bear and the big black bear bled blood on the big black bugbear.
Un gros insecte noir mordit un gros ours noir et le gros ours noir saigna du sang sur le gros épouvantail noir.





En roumain :

Capra calcă piatra. Piatra crapă-n patru. Crăpa-i-ar capul caprei precum a crăpat piatra-n patru.La chèvre foule la pierre. La pierre se fend en quatre. Que la tête de la chèvre se fende de la même façon que la pierre s'est fendu en quatre.

Un bal fără egal cu final fatal la un halal carnaval estival cu scandal epocal dintr-un opal oval, pal, real și natural, fără rival, egal și actual.
Un bal sans égal, à final fatal pour un carnaval estival d'un scandale monumental partie d'une opale ovale, pale, réelle et naturelle, sans rivale et actuelle.


En russe :

Мама мыла Милу мылом, Мила мыла не любила. (Mama myla Milou mylom, Mila mylo ne lioubila.)
Maman a lavé Mila au savon, Mila n'a pas aimé le savon.






Mais qui est-il le Lustucru ?



Nom propre 1
1.
Lustucru [lys.ty.kʁy] masculin singulier, orthographe invariable - Personnage de l’imagerie populaire :
a.
(À l’origine) Personnage imaginaire qui aurait eu l’idée de reforger la tête des femmes, créditées de tous les défauts par leurs maris (Époque des Précieuses), faisant fonction en quelque sorte de « médecin céphalique » et qui fut représenté sur des gravures et comme personnage de pièces de théâtre. Les femmes se vengèrent en le mettant à mort.
b.
(Par extension) Personnage imaginaire réputé méchant, principalement avec les enfants, comme un croquemitaine, un ogre, le Père Fouettard ou un loup-garou.
2.
(Par plaisanterie) Employé comme nom affectueux.


Nom commun 1
Lustucru [lys.ty.kʁy] masculin - Personnage niais.




Et si le Lustucru était cet étrange personnage que Pif et Hercule rencontrent à Constantza ?




Serait-ce Haplea, le célèbre personnage de la bande dessinée roumaine ?


Haplea de Marin Iorda


Haplea de Pascal en 1938




(À suivre…)
…et encore, bonnes vacances !




5 commentaires:

  1. N'oublie pas le père Lustucru qui fait des misères à la mère Michel dans la chanson du même nom :D

    RépondreSupprimer
  2. À part le Lustucru, Père de son prénom, que cite Zozo Bozozio, je ne connaissais pas toute cette bande de Lustucru et j'ai découvert aussi Haplea
    quelle soirée culturelle !
    merci :o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C’est bien le but du lustucru, éclaircir le jeune curieux, satisfaire sa soif de culture !

      Supprimer
  3. On peut aussi se souvenir des pâtes du même nom, et des petits hommes verts (créés par Pat Mallet) qui leur ont servi de mascotte un bon moment !

    RépondreSupprimer