vendredi 30 septembre 2011

Roudoudou dis donc et le joyeux cabri, dis !

Hier nous parlions de Roudoudou le joyeux cabri, le personnage principal du mensuel Roudoudou les belles images, des Éditions Vaillant. C’est Cabrero Arnal qui lui a donné vie, pour les tous petits. Et ne le confondez pas avec l’ourson Riquiqui, animé lui par Moreu.


À la différence de Placid et Muzo, Roudoudou avait au début des années cinquante, moins de doigts, trois plus exactement et des sabots aux pieds, normal pour un cabri.

détail d’illustration Mensuel N°12

Collection Roudoudou N° 2

Et  toujours à la différence de Placid et Muzo, Roudoudou a gagné un doigt, heureusement d’ailleurs ! À égalité avec Placid. Et des chaussures aux pieds, aussi ! C’était sans doute le début du politiquement correct.

Collection Roudoudou N° 14

N’était-elle pas belle la vie, en ces temps-là ?

7 commentaires:

  1. Oh oui, c'était beau. Je garde encore la nostalgie de Pif, tout comme mon entière génération. Merci de nous le rappeler!

    RépondreSupprimer
  2. Le plaisir est pour moi ! Cette nostalgie, nous sommes nombreux à la partager, et puis c’est la faute de Pif, de Placid et Muzo et tout ce joli monde, Arthur le fantôme, La Pension Radicelle, Totoche, le Concombre masqué, Gai-Luron, Zor et Mlouf, La Jungle en folie, et j’en oublie… forcément.

    RépondreSupprimer
  3. Je n'ai pas connu ça à l'époque, évidemment, mais la découverte tardive des dessins d'Arnal pour Roudoudou m'avait beaucoup émue, il y a une dizaine d'années. C'est d'une élégance et d'une gentillesse magnifique, ces dessins pour enfants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu imagines aisément ce que doit ressentir l'enfant qui est né avec ces images…

      Supprimer
  4. Quand tu évoques le politiquement correct, c'est par rapport à la forme du ballon de la dernière image ? ;)

    RépondreSupprimer
  5. Une de mes tantes m'achetait chaque semaine Roudoudou et j'attendais avec impatience que mon oncle me lise ses aventures. Je suis née fin 1951 et à l'époque j'avais 5 ans. Le jour où j'ai pu lire moi-même les aventures du joyeux cabri j'étais fière comme tout. Ensuite j'ai fait la connaissance de Placid et Muzo, Pif le chien, Tartine et bien d'autres. Que de bons souvenirs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous avons les mêmes merveilleux souvenirs !

      Supprimer