lundi 8 juillet 2013

Paul Gustave Louis Christophe Doré bis


Paul Gustave Doré by Felix Babar, Paris 2013


Doré, père de la bande dessinée


Après le petit tour d’horizon que nous avons fait ici, http://l-eusses-tu-cru.blogspot.fr/2013/01/paul-gustave-louis-christophe-dore.html, voici sur Töpfferiana, http://www.topfferiana.fr/, site que je vous recommande vivement depuis longtemps, voici l'article Doré et la bande dessinée, ainsi qu'une excellente nouvelle.


Paul Gustave Doré by Felix Nadar, Paris 1855-1859

Les bandes dessinées de Gustave Doré


En attendant la rétrospective qui lui sera consacrée en 2014 (11 février - 11 mai 2014 ndb) au musée d’Orsay, on patientera en consultant les albums de bandes dessinées de Gustave Doré (1832-1883), aujourd’hui tous disponibles en ligne.

Avant de se consacrer à l’illustration et la peinture, l’artiste a réalisé dans sa jeunesse, entre 1847 et 1854, quatre albums et une poignée d’histoires en images publiées dans Le Journal pour Rire. Cette étoile filante de l’histoire de la bande dessinée a repoussé la narration graphique dans ses premiers retranchements, explorant ses possibilités réflexives ou métanarratives, multipliant les inventions graphiques, jouant avec l’espace de la page. Il faudra attendre Winsor McCay, un demi-siècle plus tard, pour qu’un artiste fasse preuve d’autant d’inventivité, de jeu et de liberté.

Pour ceux qui souhaiteraient en savoir plus sur les histoires en images de Gustave Doré, nous les renvoyons vers l’article très complet de Thierry Groensteen disponible sur son site : « Gustave Doré, pionnier de la bande dessinée ».

C’est à l’âge de quinze ans que Gustave Doré dessine Les Travaux d’Hercule. Ce premier album, qui s’inspire du modèle töpfferien, est publié par la maison Aubert en 1847 dans sa fameuse « Collection des Jabot ». Une version recomposée à partir d’une réédition allemande de 1922 est disponible sur le site Coconino Classics.







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire