mardi 2 avril 2013

Éloge de l'oisiveté

Éloge de l'oisiveté (titre original : In Praise of Idleness) est un essai de Bertrand Russell, publié pour la première fois en 1932 dans Review of Reviews. Sa longueur est à la mesure du sujet traité ; en effet le texte ne compte que 5 026 mots dans sa version originale.





L'idée principale est que l'homme observe un culte non raisonnable du travail qui l'amène à travailler toujours plus, ce à quoi il faudrait mettre un terme. Russell défend cette thèse par deux arguments principaux :

  • Le premier est que la valeur du travail est un préjugé moral des classes privilégiées qui estiment que l'absence d'activité conduirait la plupart des hommes, surtout ceux des classes les plus pauvres, au désœuvrement et à la dépravation. En conséquence, il serait dans l'intérêt des hommes d'être exploités.
  • Le second est que la production industrielle est aujourd'hui suffisante pour assurer, avec un minimum de travail, les besoins de tous les êtres humains. La rationalisation de la production en temps de guerre a démontré qu'un petit nombre de personnes peut produire le nécessaire pour toute une population. À plus forte raison, si ce travail est partagé par toute la population, il s'ensuit qu'un individu n'a pas besoin de travailler beaucoup pour produire les ressources indispensables à la vie, et même le superflu.



Avec une petite recherche Google, vous avez droit à plusieurs traductions au format PDF, http://www.google.fr/search?client=safari&rls=en&q=eloge+de+l'oisiveté+pdf&ie=UTF-8&oe=UTF-8&redir_esc=&ei=c8VaUbrYJMrb7AaA6IHIBA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire