dimanche 21 avril 2013

À la recherche de l’Ivas !




Vous l’avez peut-être remarqué, l’anagramme de l’Ivas est avis, rara avis, car l’Ivas est rare ! Récemment, au Festival BD de Guyancourt, un lecteur me demandait s’il m’arrivait de dessiner des amis ou des personnes réelles comme personnage dans mes histoires.
Voici une des première versions de la bande dessinée inspirée par le conte roumain Harap Alb. À la fin du premier chapitre il est question de l’arrivée d’un inquiétant individu appelé Hazour










Et voici la suite dans mon magazine-blog Arabelle, en 1979 numéro spécial, dédié à l’Ivas. Dans le chapitre nommé Hazour, Ivas fait son apparition dans la bande dessinée !










Toujours en 1979, avant de commencer le travail sur ce qui allait devenir Peur le premier magazine de bandes dessinées roumaines de langue française, je projetais d’autres pistes. L’une d’entre elles, Clown, devait son nom à la bande dessinée, où figurait Ivas en bonne place. En effet, on le reconnait à sa fière allure dans la première image de cette histoire dans laquelle il côtoie ses amis, Sandu Florea, Valentin Tănase et votre serviteur : 














Si Clown et ses amis disparurent dans la nuit de l’Histoire pour les raisons que l’on sait, la création de Peur le magazine terrifiant, Ivas n’allait pas disparaître des histoires en images. Au contraire, il va renaitre dans une nouvelle série, à sa gloire, Ivas Strapouchnik :












L’histoire d’Ivas Strapouchnik eut un certain succès. Une variante, À voir et à ranger me fut commandée en 1981 par Mercredi, supplément de bandes dessinées de grand format, destiné à compléter la presse régionale. Cette série définit deux personnages principaux, le héros et l’auteur et autour d’eux les autres personnages complémentaires. Il est à noter qu’une planche sur trois est divisible en deux parties rigoureusement égales. En effet à la demande de l’éditeur, les planches telles que vous les voyez, sont destinées à l’album, tandis que dans le supplément Mercredi, les planches devaient paraître remontées en une planche et demie, laissant la place sur un tiers de la page grand format à des articles et autres jeux.






















Je commençais dans la joie ce troisième épisode, sur Calamity Jane, quand j’appris la deuxième faillite du fameux journal Mercredi. Nous n'avons décidément pas des métiers faciles ! Les années suivantes j’ai voulu rallumer l’histoire, mais d’autres événements les ont repoussé au fond d’un tiroir…






Dans les années quatre-vingt dix, une dernière version, en roumain, était destinée à alimenter différents projets de journaux, bien (trop) nombreux en ces années.




À la même époque et à l’initiative d’un des plus grands amis de la bande dessinée roumaine, Pierre Pascal, j’ai dessinée pour son magazine de poche destiné au marché roumain, Hazul în Vacanță, cette histoire de trois pages, Vacanța la mare cu peștele în ghiare (Vacances à la mer avec un poisson dans les griffes).








Comme on le voit sur le détail de cette reprise, Ivas se trouve en belle place, sur la plage en compagne de son auteur. Reviendra-t-il un jour pour de nouvelles aventures, qui sait ?




En attendant, Ivas ses porte bien, il tient un blog que vous pouvez retrouver ici, http://sorin-anghel.blogspot.fr/
Et bien, Ivas, chantons tous en cœur, happy birthday to you !




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire