samedi 21 mars 2015

Demain, je vote !




L’utilité du vote

PAR PATRICK LE HYARIC, DIRECTEUR DE L’HUMANITÉ | JEUDI, 12 MARS, 2015 | HUMANITÉ DIMANCHE

Le 22 mars prochain, dans quelques jours, il s’agit d’élire des conseillers départementaux et de rien d’autre. Des élus qui géreront ces territoires selon les orientations politiques des nouvelles majorités issues des urnes, plus ou moins sociales, solidaires, écologiques et démocratiques. Il ne s’agit donc pas d’un référendum pour ou contre le Front national, comme pourrait le croire un extraterrestre débarquant en France. Le parti d’extrême droite lepéniste a sciemment été placé au centre du débat politique sur un fond marécageux d’affaires, de renoncements et de promesses non tenues, de petites tactiques politiciennes, de stratégies d’appareils, de brouillage et de déconstruction de repères et d’idéaux communs aux républicains et aux démocrates. L’objectif des promoteurs d’une telle stratégie suicidaire est de tenter d’obtenir au moins un statu quo politique pour de nouvelles régressions sociales.




Les départementales, c'est dimanche : qui vote pour quoi ? Mode d'emploi en 6 points

21 mars 2015

1. Quand vote-t-on pour qui ?

Les Français sont appelés aux urnes ces dimanches 22 et 29 mars. Au total, 18.194 candidats (9.097 binômes homme-femme) se présentent dans 2.054 cantons, dont 1.995 en métropole. La gauche détient 61 des 102 exécutifs départementaux : le Parti socialiste en compte 50, les divers gauche cinq, les radicaux de gauche quatre et le Parti communiste deux. La droite qui compte inverser le rapport de force contrôle 41 départements -25 pour l'UMP, 12 pour l'UDI, quatre pour les divers droite. Trois ministres sont candidats : Patrick Kanner, ministre de la Ville, dans le Nord, André Vallini, secrétaire d'Etat à la Réforme territoriale, dans l'Isère, et Ségolène Neuville, secrétaire d'Etat aux Personnes handicapées, dans les Pyrénées-Orientales.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire