vendredi 30 septembre 2011

Roudoudou dis donc et le joyeux cabri, dis !

Hier nous parlions de Roudoudou le joyeux cabri, le personnage principal du mensuel Roudoudou les belles images, des Éditions Vaillant. C’est Cabrero Arnal qui lui a donné vie, pour les tous petits. Et ne le confondez pas avec l’ourson Riquiqui, animé lui par Moreu.


À la différence de Placid et Muzo, Roudoudou avait au début des années cinquante, moins de doigts, trois plus exactement et des sabots aux pieds, normal pour un cabri.

détail d’illustration Mensuel N°12

Collection Roudoudou N° 2

Et  toujours à la différence de Placid et Muzo, Roudoudou a gagné un doigt, heureusement d’ailleurs ! À égalité avec Placid. Et des chaussures aux pieds, aussi ! C’était sans doute le début du politiquement correct.

Collection Roudoudou N° 14

N’était-elle pas belle la vie, en ces temps-là ?

jeudi 29 septembre 2011

Et alors ! (Placid et Muzo 2)

Et alors, à quoi ça peut servir de savoir que Placid et Muzo avaient cinq doigts à leurs petites mimines, comme toi et moi, jusqu’au numéro 220 de Vaillant, le journal le plus captivant, daté du 1er au 7 août 1949 ? Mmmm ? et seulement quatre, la semaine d’après ?

Et bien, ça permet de savoir que toutes ces belles planches de Placid et Muzo, publiées tout le long de l’année 1958, étaient en réalité dessinées avant 1949. Seule la couleur avait changé.

En 1958, Arnal avait déjà 49 ans et il n’avait plus la même force pour assurer la suite de toutes ses séries. Pratiquement depuis cinq ans, peu après son arrivée dans les pages de Vaillant, Pif avait été repris par Roger Masmonteil. À partir de 1955, la plupart des pages de Placid et Muzo étaient reprises par de jeunes dessinateurs. Arnal continuait pourtant à dessiner de nombreuses illustrations de couvertures, pour Vaillant, mais aussi pour le mensuel Pif le chien, des bandes dessinées de Placid et Muzo pour les numéros spéciaux de Vaillant et les illustrations pour Roudoudou, le joyeux cabri.


Vaillant N° 670 page 32

Vaillant N°683 page 32

Vaillant N° 694 page 32

mercredi 28 septembre 2011

Placid et Muzo, jeux de mains…


Placid et Muzo, vous savez, les copains les plus captivants,
ils avaient des mains  à cinq doigts, comme la plupart des gens.


La preuve :


Et puis, un beau matin, en fait la semaine suivante,
Placid et Muzo, fatigués de porter autant de doigts à chacune de leurs mains,
et bien, ils ont décidé d’avoir quatre doigts.



Voici, la preuve par quatre :